recherche/ajax.html

Choisir son processeur

Comment choisir son processeur ? Quels critères de choix pour votre CPU ? Les internautes créant leur configuration ne sont pas toujours à l’aise pour l’achat du processeur. Dans ce guide nous allons entrer un peu plus dans les détails et les caractéristiques techniques des processeurs. Appelé aussi CPU (Central Processing Unit), il s’agit d’une des pièces de l’ordinateur les plus connues du grand public, de même que les marques qui existent. La plupart des choix d’un processeur peuvent être pertinents, sachant qu’un utilisateur a des besoins, des préférences, et un budget spécifiques.

Les processeurs en bref

Les processeurs sont fabriqués par deux grandes entreprises qui se partagent le marché, Intel et AMD. Le premier est le leader et sera présent sur la plupart des machines puissantes, tandis que le second est bien implanté sur l’entrée de gamme et les machines multimédia. Le processeur est le « cerveau » de l’ordinateur, il se charge de tout le traitement des calculs binaires (les 0 et 1). Il est « accroché » à la carte mère pour pouvoir fonctionner, et ressemble à un petit carré gris. Ce sont les barrettes de mémoire vive qui stockent les calculs en attente à effectuer et les envoient au processeur au fur et à mesure.


processeur intel core i7

Attention à la compatibilité

Intel et AMD développent au fil des années de nouveaux types de processeurs (plus de cœurs, une fréquence plus élevée, des unités de calcul plus petites, une architecture différente, de nouvelles options…), et ce sont les fabricants de cartes mères qui doivent « suivre » pour proposer des produits compatibles avec les nouveaux CPU. Pourquoi cette notion de « compatibilité » entre ces deux composants ?


Lié à la carte mère, et vice-versa

Le processeur se choisit avec la carte mère. C’est en effet un duo de composants liés par le socket, et dans une moindre mesure, le chipset. Le socket est le « réceptacle du processeur » (La zone sur la carte mère, où sera logé le processeur). Selon le type de chipset, cela signifiera entre autres que la carte mère peut gérer ou non la partie graphique du processeur, ce que nous allons préciser ci-dessous.

socket processeur carte mère

Quels sockets existent ?

Un processeur n’est compatible qu’avec un seul type de socket, et une carte mère ne peut proposer qu’un socket. Il faut donc que les deux composants soient basés sur le même socket. Les constructeurs changent plus ou moins régulièrement le type de socket sur lequel sont basés leurs nouveaux lancements de produits, cela dépend de leurs politiques commerciales et des impératifs techniques. Il faut donc aussi anticiper sur l’avenir, et quel type de socket a le vent en poupe. Il y a actuellement 4 principaux types de sockets : processeurs socket 1150, processeurs socket 1151, processeurs socket 2011-3, processeurs socket AM3+, processeurs FM2+ et processeurs socket FM2.


Ai-je besoin d'une carte graphique ?

Certaines cartes mères gèrent la puce graphique embarquée sur les processeurs. En simplifié, certains processeurs embarquent une unité graphique qui sera capable d’afficher un rendu graphique à l’écran (Par exemple pour un Intel, s’il embarque l’Intel HD Graphics), même sans carte graphique. Il s’agit d’une utilisation où les jeux vidéo sont absents ou quasiment… Auquel cas, une carte graphique est nécessaire, branchée, et prend le relais : la partie graphique du processeur n’a alors plus d’intérêt.


intel core processeur boîte

Les gammes de processeurs Intel

Commençons tout d’abord par Intel en précisant quelques détails concernant les dénominations. Pour faire simple, et vous l’aurez sûrement déjà compris, les Celeron et les Pentium se situent dans l’entrée de gamme, les Core i3 sont les « des entrées de gamme supérieure », les Core i5 les « milieux de gamme » et les Core i7 « les hauts de gamme ». Les dénominations avec K signifient que le coefficient est débloqué, pour un overclocking facile, et le S qu’il s’agit d’une version légèrement moins puissante, mais pour un besoin d’énergie et une chaleur sensiblement diminués.


Les gammes de processeurs AMD

AMD a lancé les processeurs FX basés sur l’architecture Bulldozer et le socket AM3+ : FX-4100, FX-6100, FX-8150… Le premier chiffre indique le nombre de cœurs du processeur. En entrée de gamme, AMD a lancé les Llano A4, A6 et A8 (performances croissantes selon la dénomination), basés sur le socket FM2.

Ces Llano sont des « APU » (Accelerated Processing Unit), pour simplifier un CPU plus une puce graphique intégrée (Dans les faits, il ne s’agit pas de l’équivalent d’une carte graphique de dernière génération). Le A6-3650 a par exemple une puce graphique Radeon HD 6530D cadencé à 443 MHz. Ils sont conseillés pour une utilisation orientée « multimédia » et HTPC, en évitant l’achat et l’encombrement d’une carte graphique.

boîte processeur AMD

Les critères techniques pour choisir son processeur

La caractéristique technique la plus connue est la fréquence d’horloge, exprimée en GHz. Néanmoins, le type d’architecture du processeur rentre en jeu, car les architectures actuelles sont plus performantes, à niveaux de fréquences équivalents. Comme on l’a vu, Intel a développé l’architecture Ivy Bridge et Haswell, et AMD Bulldozer. N’hésitez pas à consulter les benchmarks (comparaisons des performances des produits selon des tests identiques) pratiqués par les magazines ou les sites d’informatique.

Rentrent aussi en jeu la mémoire cache, des options telles que le Intel Turbo Boost ou AMD Turbo Core (qui boostent la fréquence d’un ou plusieurs cœurs en cas de surcharge de travail, une sorte d’overclocking automatique), le nombre de cœurs (pour du multitâche particulièrement). À fréquence égale, mieux vaut avoir plusieurs cœurs physiques. Bien entendu, il ne faut pas tomber dans la surenchère, car les applications utilisant plusieurs cœurs à la fois ne sont pas si nombreuses, bien que les choses soient amenées à changer. 4 cœurs sont suffisants pour une utilisation classique, 6 cœurs et surtout 8 cœurs requérant une utilisation plutôt spécifique pour être véritablement utiles. La mémoire cache des processeurs n’a plus une incidence extrême sur les performances, et ne doit donc pas être privilégiée.

L’hyperthreading sert à « multiplier » le nombre de cœurs de façon artificielle pour améliorer la gestion du multitâche. Son absence n’est pas rédhibitoire, surtout pour les jeux vidéo, mais peut être intéressante avec les logiciels qui sont configurés pour profiter de sa présence (c’est de plus en plus le cas). Enfin, ceux qui sont intéressés par de l’overclocking se dirigeront vers les Intel avec coefficient débloqué (indiqué par un K à la fin du nom) ou les AMD Black Edition. Attention aux TDP (Thermal Design Power), s’ils sont trop élevés, cela signifie que le processeur a tendance à consommer beaucoup et chauffer plus que la moyenne, ce qui peut nécessiter un refroidissement spécifique.


Quels processeurs pour du jeu vidéo ?

Concernant les jeux vidéo, il n’est pas nécessaire d’avoir un processeur démesuré. Certains pourront s’en tirer très honorablement alors qu’ils sont considérés comme de l’entrée de gamme. Nous pensons par exemple au Pentium G860 d’Intel. En effet, c’est la carte graphique qui s’avère primordiale pour une utilisation Gaming, car c’est son rôle de calculer les rendus graphiques.

C’est donc ce composant qui s’avèrera prioritaire avant toute chose, notamment en termes de budget. Néanmoins, le CPU alimente tout de même le GPU (Graphics Processing Unit) en données, et il faut conserver un équilibre et une harmonie entre les gammes pour profiter d’un PC Gamer performant.


Pour du montage et de la retouche ?

Concernant le montage vidéo, le traitement d’images, des rendus 3D… Bref du Photoshop professionnel, des logiciels d’ingénierie… Le processeur aura un impact décisif sur les performances. C’est pourquoi le budget à apporter sera plus conséquent, et qu’il faudra privilégier ce composant pour avoir une PC CAO/DAO performant.


Pour de la simple bureautique ?

Cela dépendra de votre budget. Qui peut le plus peut le moins, et les processeurs cités au-dessus rempliront parfaitement l’affaire… mais leurs capacités seront sous-utilisées ! Par contre, votre portefeuille fonctionnera à plein régime. Autant s’orienter vers des produits d’entrée de gamme, qui, loin d’être de mauvais produits, se révèlent parfaitement équilibrés pour un ordinateur bureautique qui sera utilisé pour du travail quotidien et du surf internet.